Pour un service public de bus gratuits à Chambéry !

 

Ce que nous retiendrons d’abord de la mise en place par la droite du nouveau plan de circulation des bus dans l’agglomération chambérienne, c’est la politique du secret, du fait accompli, de l’emploi de la force policière, appliquée par les élus pour imposer leur choix.  Une méthode antidémocratique et autoritaire qui ne pouvait déboucher que sur les violences policières, le massacre d’une partie de la ville, une dégradation du service aux usagers notamment pour les plus vulnérables ou les plus éloignés des centres urbains.

Il faut ajouter à cela une nouvelle augmentation des tarifs qui se rajoute à celle qu’avait déjà mise en place la municipalité Laclais-Besson. Le prix du ticket de bus, déjà passé de 1 à 1,30 € en 2012, vient ainsi d’atteindre 1,40 €. Le carnet de 10 tickets est passé de 7 à 10 € en 2012 et coûte désormais 11 euros. L’abonnement annuel est passé de 275 à 315 € en 2012 et vient d’être porté à 362 €. En l’espace de 4 ans, la « gauche » et la droite auront donc augmenté les tarifs de 31 à 57 %, suivant les catégories tarifaires !

L’augmentation des prix et la dégradation du service provoquent la colère des usagers. Celle-ci se retourne largement contre les personnels, qui doivent faire face à des conditions de travail dégradées et stressantes. Cela s’est traduit par des grèves que nous soutenons, avec des revendications auxquelles la municipalité doit répondre.   

La hausse des tarifs et la dégradation du service ont conduit nombre d’usagers à reprendre la voiture, accentuant les embouteillages provoqués par le dispositif mis en place. Pendant tout ce temps, le groupe Veolia, pour lequel l’agglomération a privatisé la gestion des bus, continue à faire son beurre sur ce qui devrait être un service public.

Nous exigeons : 

  • Un vrai service public en gestion directe sous contrôle citoyen
  • Un service cadencé, avec un réseau renforcé et des accès bus à moins de cinq minutes sur tout le territoire
  • Des conditions d’exploitation du réseau respectueuses des personnels
  • Des transports gratuits à Chambéry Métropole

La gratuité : une urgence sociale ! Les personnes âgées, les jeunes, les précaires, les personnes à mobilité réduite n’ont bien souvent que les transports collectifs pour se déplacer, pour le travail, pour les démarches administratives, pour les courses, l’accès à la culture, à la santé.

La gratuité : une urgence écologique ! Les véhicules particuliers sont responsables de 65 % des émissions de CO2 dues aux déplacements urbains et périurbains, les véhicules utilitaires de 30 %, les transports en commun de 3 % et les deux roues de 2 %. La gratuité et le développement des transports en commun amélioreront la qualité de vie.

La gratuité, c’est financièrement possible !  A Chambéry et dans l'agglomération, les usagers paient 15 % du coût du fonctionnement des transports en commun. Les 85 % restant sont financés par la fiscalité dont le « versement transport » des entreprises, actuellement de 1,7 % de la masse salariale, qui peut encore être augmenté.

 

Alternatives & Autogestion, Ensemble, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche.

En finir avec le Lyon Turin ferroviaire !

Voici bientôt 30 ans que le projet du Lyon Turin ferroviaire a été lancé ! Ou en est-on aujourd’hui et en quoi ce projet est-il utile pour les habitants, l’environnement, le climat et les finances publiques?

14 décembre 2016 : la Commission des affaires étrangères adopte sans modification le projet de loi n° 4170 autorisant l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République italienne signé le 24 février 2015 pour l’engagement des travaux définitifs de la section transfrontalière de la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin (n° 4170) dont  M. Michel Destot était le rapporteur. (http://www.assemblee-nationale.fr/14/cr-cafe/16-17/c1617028.asp)

Une fois encore, l’avis de nombreuses instances publiques (Cour des Comptes, Conseil général des ponts et chaussées, l'Inspection Générale des Finances, Le Conseil d'État,  …) comme celui des différents opposants au projet du Lyon Turin, qui s’appuient sur des éléments chiffrés et vérifiables ne sont pas entendus. Les tenants du LT s’en tiennent à des prévisions de croissance exponentielle des productions et des échanges largement démentis par les faits depuis de nombreuses années.

Les tenants du Lyon Turin ont choisi le productivisme, la course au profit, les délocalisations, le dumping social, Le gaspillage de l’argent public et les PPP.

Nous avons choisi, l’écologie, la justice sociale, les relocalisations, les solidarités entre les peuples, les solutions immédiates et économes dans le cadre du service public.

Au nom de la croissance et du chantage à l’emploi, et sans rire de la protection de la nature et de la qualité de l’air, ce projet soutenu par les grands groupes du BTP s’inscrirait, selon ses promoteurs, dans un cercle vertueux, pour nous improbable.

 

Pour nous le Lyon Turin s’inscrit dans une perspective du développement des productions et d’échanges de marchandises doublé d’un réseau voyageurs G.V. à travers l’Europe. Il contribuerait  à l’augmentation des capacités de transport et de nuisances induites pour l’environnement et les territoires concernés. Il répondrait aux exigences de l’économie capitaliste avec le juste à temps, les délocalisations des productions, provoquant le dumping social et la concurrence entre les peuples.

 

Ainsi pour Michel Destot qui était le rapporteur du projet de loi

« … la liaison Lyon Turin va stimuler l’ensemble de l’activité des régions qu’elle traversera, qu’elle reliera ou à proximité desquelles elle passera... »

 

Si ce projet pharaonique se réalisait quelles seraient les conséquences ?

-50% de camions en plus sur les routes (22 à33Mt/an) en 2035

-Multiplication par 2,5 de la capacité route + rail de 34Mt à 90MT

-210 km de voies nouvelles dont 150km de tunnels

-50 millions de m3 de déblais sur l’ensemble du projet

-59 ouvrages d’art courant - 6 viaducs - 8 tunnels 

-Destruction de zones naturelles ( humides, Natura 2000 ) et agricoles (1500 ha)

-de 1,3 Millions /an à 4M/an de voyageurs à l’international

-26Mds euros d’investissement total dont 9 Mds pour la section transfrontalière.

-les impacts prévisibles sur les eaux souterraines et les tarissement de sources d'eau potable comme à Villarodin-Bourget ;

-incidence sur réseau natura 2000, zones humides Landiers, Belledonne, Hurtières, St Hélène du lac...

-bruits et vibrations (200 habitations à moins de 100m)

-viaducs : bruit, visuel, environnement (village Chimilin...)

-Expropriations en série .

-Dépôts de déblais de tunnels tout au long du territoire dont Comblement de la carrière du Paradis à Lanslebourg par 4,5Mm3 et -impact chantier 19Mm3 de déblais (accès français phase 1,2) dont 9,4 en dépot 860 rotations de camions/j.

 

 Et pour Chambéry quelle incidence ?

« le Lyon Turin » devrait passer à Chambéry, on en parle depuis vingt ans. Les élus de tout bord s’y emploient 1 et 2 : le quartier de La Cassine a été sacrifié, les jardins détruits, les opposants de la ZAD virés en vue de la réalisation d’un quartier d’affaires en connexion avec la gare TGV et les autoroutes alpines.

 

1 automne 2011 (La gauche) Supplément au magazine Chambéry Métropole, « Grands projets 2011– 2014, l'agglomération construit son avenir

2 décembre 2016 (La droite) Dossier de concertation quartier Cassine « l’Arche Cassine, tertiarisation de l’économie, quartier connecté »

 

Pour les élus, Le Lyon – Turin, les pôles multimodaux et les « pôles d'affaires » ne sont donc pas des « grands projets » isolés mais une même logique à l'oeuvre, celle du développement du capitalisme, celle de la vie au service de l'économie. Le but de celles et ceux qui ont le pouvoir (élu.e.s, technocrates, expert.e.s...) est de fabriquer la même ville, partout : des « métropoles » toutes identiques et toutes concurrentes. Et pour le vernis écologique, à votre descente du TGV, on vous louera des vélos.

 

 

Ce que disent, font ou ne font pas les tenants du Lyon Turin

 

  • Ils prétendent réduire le nombre de camions, la pollution et les GES mais ils prévoient d’ici 2035 aux passages franco-italiens des Alpes du nord,

-d’augmenter de 50% le trafic routier de marchandises (22 à 33 millions de tonnes/an) alors qu’il est passé de 25Mt/an à 19Mt.

-de porter la capacité sur rail à 60 millions de T de marchandises par an dont 16 sur la ligne historique (x par 6) alors qu’il est passé de 10Mt en 1983 à 3,5Mt aujourd’hui.

-Multiplier par 2,5 la capacité route + rail de 34Mt à 90MT

 

  • Ils ne font rien aujourd’hui pour réduire la pollution :

La ligne fret Ambérieu / Modane a été portée à une capacité de 17Mt et mise au gabarit GB1 pour un cout de 1Md E et reste sous-utilisée à 3,5Mt. Aucune mesure n’a été prise pour transférer 1 million de camion par  ferroutage depuis Ambérieu alors que la pollution n’a jamais été aussi forte.

 

En 1998 circulait au moins 100 trains de fret par jour sur la voie ferroviaire existante entre Lyon et Turin, aujourd’hui il en circule 20

 

En 1991 ils prévoyaient  19 millions de passagers après la mise en service du projet

alors qu'en 2012, RFF n'en prévoit plus que 4,05 millions.

 

Actuellement Il ne circule entre la France et l'Italie que 3 TGV dans chaque sens /j et les trains régionaux transfrontaliers ont été supprimés.

 

Ils mentent !

  • L’an dernier l'entreprise NFM Technologies présentait à la presse un énorme tunnelier baptisé Fédérica, réalisé, dit-on, au Creusot (Saône-et-Loire) où il a été fabriqué. Il devait creuser à partir de l'été 2016 la galerie de reconnaissance, côté français, du futur tunnel transfrontalier. Puisqu’ils ne le disent pas, il est intéressant de savoir que NFM Technologies, initialement NFM (Neyrpic Framatome Mécanique à Grenoble), constructeur du tunnelier est détenu à 100% par le groupe industriel chinois NHI.

 

  • La galerie dite de sécurité du tunnel routier du Fréjus qui ouvrirait en 2019 deviendra en fait après signature par Monsieur Cuvillier le second tube de circulation. Les exploitants prévoient une affluence de 4 200 camions par jour et 1 050 000 par an alors qu’actuellement ce sont 1 800 poids lourds qui empruntent le tunnel quotidiennement et 680 000 environ par an. C’est une augmentation objective du trafic routier qui est consentie entre autres pour polluer plus.

L'équilibre financier du tunnel du Fréjus est aujourd'hui garanti par les dividendes tirés de l'exploitation du tunnel routier du Mont-Blanc à hauteur de 20 millions d'euros en 2015, sans lesquels le tunnel du Fréjus serait en perte au travers du Fonds pour le développement d'une politique intermodale des transports dans le massif alpin FDPITMA qui n'affiche aucun bilan en matière d'intermodalité !

 

  • L’emploi : la région annonçait en 2012  30000 emplois directs au Lyon Turin

Pour  les emplois le journal de la région RA en 2012 avaient annoncé 30000 emplois directs.  TELT ( Tunnel Euralpin Lyon Turin) a  annoncé 10 000 emplois sur  10 ans dont  3500 pour  le  tunnel  international, sachant que  du  coté Maurienne seulement quelques  centaines d'embauches étaient   prévues il y a un an ce que confirmait le directeur administratif et financier du groupe Eiffage (source Entreprise et Carrières de janvier 2016). « sur 291 recrutements prévus, 111 viendront d'autres entités du groupe, 180 seront embauchés en intérim dont seulement 90 mauriennais » ou licenciés de Métaltemple et Carbone-Savoie en Tarentaise, les autres venant de pays étrangers.

 

D’après « Le lanceur » du samedi 7 janvier 2017  le chantier de la galerie de 9 km entre la descenderie de Saint-Martin-la-Porte et celle de La Praz, mené par le groupement d’entreprises franco-italiennes mandaté par Spie Batignolles TPCI, une filiale spécialisée dans les travaux souterrains du groupe Spie Batignolles,  regroupait fin mars 2016 environ 440 employés, qui n’ont pas tous été embauchés récemment : 160 environ faisaient déjà partie des entreprises du groupement et ont été affectés à ce projet. 65 emplois sous-traitants et environ 210 intérimaires (dont plus de la moitié de Mauriennais) complètent le tableau.

D’après Louis Besson, rapporte l’article « une vingtaine d’Italiens détachés, une quinzaine de Portugais et une dizaine de Polonais intérimaires “sous régime français” »

La CGT, généralement confiante sur ce projet, s’est inquiétée du sort des travailleurs détachées et souhaitait installer un local syndical ce qui n’est pas du  goût des entreprises.

Selon Patrick Dieny, le chargé de mission Lyon-Turin à la préfecture de Savoie, 2 000 emplois continus sur le chantier de la Maurienne sont attendus entre 2020 et 2025. 

On serait très éloigné des chiffres propagandistes de la région R A en 2012 !

 

Des Procédures non respectées

- L’article 16 du traité franco-italien du 4 septembre 2014 prévoit que le financement doit être disponible préalablement au lancement des travaux.  Ce financement n’existe pas.

 

-La certification des coûts de Tractebel et TucRail ne peuvent être qualifiées d'indépendantes, il s'agit de sous-traitants de Lyon-Turin Ferroviaire comme l'indiquent leur site Internet.

 

-La levée de la saturation de la ligne ferroviaire existante rappelée à l'article premier de l'accord franco-italien du 29 janvier 2001, est déclarée comme « préalable indispensable » lors du débat parlementaire ce qui implique un lien direct entre "saturation" et "réalisation 

-Pour plus d’infos voir « le fascicule » réalisé par François Mauduit et Daniel Ibañez  opposants au LT http://lyonturin.eu/analyses/docs/Fascicule/Fascicule_oct2016_LT_DI_20161029%20final.pdf  ou   http://lyonturin.eu  puis « analyses »

Répression, conflits d’intérêts, déficit démocratique

L’obstination des décideurs de TELT, (Tunnel Euralpin Lyon Turin), des Etats et collectivités locales sous la pression du lobby des Industries Ferroviaires et du BTP, entraîne  de nombreuses irrégularités, conflits d’intérêts, comportements mafieux, dans la conduite de ce dossier. De part et d’autre de la frontière la violence policière est employée contre les opposants “No Tav” comme réponse à l’exigence démocratique des habitants.

Les No Tav sont opposés à ce projet sur le fond !

Avant même l’enquête publique de 2006 concernant le tunnel de base et celle de 2012 sur les accès français, le mouvement savoyard contre le LT devenu No Tav en 2012, a dénoncé ce projet inutile, couteux et pharaonique. Notre combat contre ce projet, symbole de tout ce que représentent le productivisme et le capitalisme en terme d’exploitation de l’homme et de la nature et de la recherche du profit maximum, s’inspire des idées des courants écologistes et décroissants. Nous opposons à ce modèle, la recherche de la satisfaction des besoins en terme de déplacements quotidiens : doublement des voies uniques, cadencement, fréquence, régularité plutôt que vitesse et zones désertées. Plus globalement nous militons pour la fin du productivisme, pour un développement soutenable, pour une démocratie directe, et la justice sociale. Alternatives et autogestion de Savoie milite évidemment avec les No Vav contre ce projet.

Reporter 1 million de camion de la route au rail c’est possible dès maintenant Aujourd’hui face à la pollution récurrente dans les vallées alpines, la Région Auvergne Rhône Alpes, annonce une enveloppe de 10 Millons E pour engager en 2017 le report modal de la route au rail dans les liaisons franco-italiennes des Alpes du Nord. Monsieur Patrick Mignola, vice-président de la région a invité l'ensemble des organisations et la population à lui faire parvenir des propositions concrètes pour une mise en service effective du report modal dès 2017.

En Savoie des opposants au projet Lyon Turin, qui de longue date ont déclaré que le report modal massif est possible en utilisant les capacités ferroviaires existantes dans les Alpes, ont adressé le 31 décembre leurs DIX propositions permettant de réduire d'un millions le nombre de camions effectuant le trajet France Italie par les Alpes (Mont-Blanc et Fréjus). Les auteurs de ces propositions, réunis dans un atelier "Savoirs Partagés", présentent en ce début 2017 lors d’une série de réunions publiques le détail de leurs propositions et les documents qui attestent de leur faisabilité. (voir ci-dessous).

Régis Moulard

 

Annexe

NOS DIX PROPOSITIONS POUR REPORTER LES MARCHANDISES

D'UN MILLION DE CAMIONS/AN SUR LE RAIL EXISTANT

Proposition 1 : Passages à niveau

Engagement des travaux pour la disparition des passages à niveau sur la voie existante ce qui donnera du travail aux entreprises locales dans l'intérêt général : plus de fluidité, moins de risques d'accident, plus d'efficacité.

Proposition 2 : Protection de la population et des espaces naturels

Améliorer la protection des riverains de la voie ferrée existante par la réduction des bruits à la source, par la pose d'écrans acoustiques et la couverture des voies. améliorer la protection du Lac du Bourget et des zones naturelles que longe la voie.

Proposition 3 : Interdiction des circulations poids lourds à vide

Interdiction de circulation dans les tunnels transfrontaliers à vide ou avec une charge inférieure à 50% (masse - volume,) pour les poids lourds de plus de 3T5.

Proposition 4 : Banque de données ouverte

Organiser l'accès à toutes les données des transports routiers et ferroviaires dans le cadre d'une démarche de transparence, de participation de la population et des acteurs économiques pour améliorer les services de report modal et diminuer le transport routier des marchandises.

Proposition N°5 : Trois zones de chargement

Trois zones de chargement/déchargement pour le transfert Route/Rail/Route : 1.) Ambérieu-en-Bugey, 2.) Portes les Valence, 3.) Saint-Quentin-Fallavier ou Port Edouard Herriot.

Proposition N°6 : Système d'informations, Réservation, Suivi

Développement d'un système d'informations, comprenant notamment un site Internet de gestion du transport intermodal avec le suivi, la réservation, l'information de chargement.

Proposition N°7 : Interdiction des poids lourds de plus de 4 mètres

Interdiction des véhicules de plus de 4 mètres de hauteur aux tunnels du Fréjus et du Mont-Blanc, ce qui permettra de favoriser le report de la route vers le rail dans les meilleurs délais.

Proposition N°8 : Trois solutions intermodales basées sur l'existant

Mise en place de solutions intermodales route/rail, ne nécessitant pas d'investissement d’infrastructure lourd, utilisant des matériels roulants routiers, ferroviaires, des équipements de levage et de manutention, existants et standards :

- Généralisation des conteneurs sur wagons plats ou wagon "kangourou";

- Mise en service d'un service de levage/chargement de remorques à pinces sur wagons pocket;

- Mise en service d'une offre de route roulante.

Proposition N°9 : Financement de l'intermodalité

Versement par le FDPITMA des dividendes provenant du tunnel du Mont-Blanc pour le financement de l'intermodalité route/rail dans les vallées alpines. Reversement des sommes versées par le tunnel du Mont-Blanc à celui du Fréjus.

Aides financières aux opérateurs ferroviaires et aux transporteurs routiers pour l'adaptation des matériel intermodaux sous condition de l'utilisation effective des services ferroviaires.

Proposition N°10 : Surveillance, Améliorations, Information

Création d'un organe de surveillance et de prescription de l'intermodalité dans les Alpes.

Ils ont osé toucher le corps d'un "chef". . .Sacrilège. . .

Ils ont osé toucher le corps d'un "chef". . .Sacrilège. . .

La meute de celles et ceux qui se sentent sali.e.s par ce contact immonde (et leurs valets serviles

du microcosme politique et médiatique) crie à l'outrage, à la "Violence inacceptable". . . à la "chienlit" !

Six de ces dangereux voyous iconoclastes furent arrêtés à l'aube, à l'heure des exécutions capitales que d'aucuns souhaiteraient, - pour l'occasion -, voir rétablies -.

Et maintenant, la honte! Le licenciement d'un des leurs est approuvé par la ministre.

Si, comme d'autres, ils avaient détourné des millions, s'ils avaient vidé leur entreprise de ses salarié.e.s et de ses machines, ou laissé des milliers de personnes à la rue, sans toit, sans ressources, sans soins, sans doute auraient-ils reçu les honneurs de la République et occupé la tribune médiatique des "20 heures"?

Et s'ils avaient voté et mis en application l'ANI, les lois MACRON, la casse du Code du Travail, de la Sécurité Sociale ou des prud'hommes?

Devant une Agence de Pôle Emploi, une jeune femme nous disait: "Je me suis senti vengée par cette chemise déchirée. . ."

Solidarité sans faille avec les 6 d'Air France et tou.te.s leurs camarades.

Ils ont agi pour LEUR dignité, pour NOTRE dignité!

STOP à la criminalisation des actions de résistance ouvrière.

L'heure est à la lutte pour reconquérir et améliorer nos services publics (énergie, santé, éducation, poste, transports ...), dans le respect de l'environnement,

L’heure est à la lutte pour un autre Code du Travail, plus protecteur du droit des salarié.e.s, des retraité.e.s, des privé.e.s d’emploi.

L'heure est à la réalisation de nouvelles pratiques démocratiques : débats collectifs des "Nuits Debout", AG dans les boîtes . . . et à leur action conjuguée avec celle des syndicats.

L’heure est à renforcer et populariser les reprises socialisées d’entreprises par leurs salarié.e.s, notamment sous forme de SCOP.

L’heure est la bataille pour une réduction massive du temps de travail.

L’heure est au renforcement du rôle et des pouvoirs des CE et CHSCT. Et. . . à d’autres mesures à discuter.

L’heure est également à rappeler que c’est grâce aux luttes du passé que nous avons droit aux congés payés, à la Sécu ou au 13ème mois. . . Et que c’est grâce à nos luttes d’aujourd’hui que nous pourrons reprendre prise sur nos conditions de travail et de vie . . .

Pour cela, il est plus que jamais nécessaire de mettre en avant la recherche et l’élaboration d’alternatives construites en commun dans tous les domaines.

Pour cela, le mot d’ordre "qu’ils dégagent tous !" est plus que jamais d'actualité. Oui, qu’ils dégagent tous, tous les obstacles à cette dynamique : et les droites qui nous gouvernent et la peste brune-marine qui aspire à le faire et les oligarques qui les manoeuvrent ! !

Beyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak, Ouganda ... Nice ...

Beyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitterBeyrouth, Paris, Orlando, Bruxelles, Istanbul, Syrie, Irak,
Ouganda ... Nice ...
La mort est décidée au nom d'une vengeance obscure, au nom des
dieux, des haines, de toutes les phobies.
Chaque mort est un meurtre et mérite l’opprobre.
Comment répondre ?
Comment construire un réel vivre ensemble ?
Certainement pas avec toujours plus de violence sociale et
policière (dans les films et dans la réalité) et toujours avec plus
d'armes.
Certainement pas en continuant de mettre la biosphère en péril (s'il
n'est pas déjà trop tard!).
Allons ! refusons le désespoir et construisons des chemins nous
permettant la reconnaissance des autres et de nous mêmes, la
connaissance des réels besoins de l'humanité.
Certes la route est longue mais pourquoi ne pas tenter dès à
présent ces deux pistes
-apprendre dès la petite école à jouer collectivement, à gérer
calmement les conflits, à se préoccuper d'autrui
-avoir des formations citoyennes sur le comportement solidaire
dans les situations de danger.
Tentons de redonner vie à des mots comme "dignité", "respect",
pour tous les êtres vivants.
La résilience de toutes et tous n'est-elle pas l'affaire de chacun-e
d'entre nous?
A&A http://alternatives-et-autogestion.org
A&A sur facebook A&A sur twitter

Communiqué Code du Travail A&A 73

 

Le gouvernement  veut "réformer" le Code du Travail.

Ne nous y trompons pas, il ne s’agit, surtout pas, de renforcer la protection des salarié-e-s., mais pour l’essentiel, de répondre aux désidérata du MEDEF pour obtenir une main d’œuvre plus docile, taillable et corvéable à merci,  et, si possible, sous-payée. Ce que la droite n’avait jamais osé tenter de mettre en application, ce gouvernement le fait . . .

Une réforme du Code du Travail est certainement nécessaire. Elle doit viser à un renforcement du droit des salariés et de leurs instances (CE, CHSCT, . . .). Elle devra permettre la mise en place d’une réelle "Sécurité Sociale Professionnelle" comme une Réduction massive du Temps de Travail. Elle devra favoriser la reprise des entreprises par leurs salarié.e.s, débouchant sur la mise en place d’autres conditions de travail, d’autres façons de travailler ensemble. . Permettre à chacun.e de nous réapproprier notre travail et, par là même, nos vies

Le 9 mars, à l’appel des syndicats et de tous ceux, jeunes ou vieux, actifs ou retraités, qui demandons le retrait de cette "réforme", nous serons dans la rue. 

Alternatives et Autogestion 73