ETAT D'URGENCE - MANIFESTATION SAMEDI 30 JANVIER 15H PREFECTURE

MANIFESTATION SAMEDI 30 JANVIER 15H,

PREFECTURE

-Levée immédiate de l’état d’urgence et de l’état d’exception permanent ;

-Abandon de la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité ;

-Arrêt de la répression et de la stigmatisation des manifestant-e-s et militant-e-s des mouvements sociaux, des quartiers populaires, des personnes musulmanes ou supposées l’être ;

-Respect de la liberté de manifester, de se réunir, de s’exprimer.

 

SORTONS DE L’ETAT D’URGENCE !

L’état d’urgence conduit à des décisions arbitraires, des dérives autoritaires. Depuis novembre 2015, plus de trois mille perquisitions sont intervenues. Tout comme les assignations à résidence, elles ont donné lieu à de nombreux dérapages, à un accroissement des discriminations à l’égard de populations déjà stigmatisées en raison de leur origine et/ou leur religion supposée ou réelle.   Inscrire l’état d’urgence dans la Constitution, c’est graver dans le marbre ce régime d’exception qui permet l’action des forces de sécurité sans contrôle du juge. C’est habituer les citoyen-ne-s à un état d’exception. Avec les moyens ainsi mis en place, il faut s’inquiéter des pouvoirs sans contrôle donnés à ceux qui peuvent arriver aux manettes de l’État…  Le retrait de la nationalité française aux binationaux condamnés pour crimes terroristes porte atteinte au principe même d’égalité des citoyens, inscrit à l’article 2 de la Constitution, fondement de la République. Il institue, dans la loi fondamentale de notre pays, deux catégories de Français, ceux qui le seraient et ceux qui le seraient moins, au motif que leurs parents ou grands-parents ne l’étaient pas.  C’est, de fait, remettre en cause le principe d’une nationalité française ancrée dans le droit du sol. L’Etat peut protéger les habitants face au terrorisme, sans remettre en cause les droits et les libertés. Nous refusons une société du contrôle généralisé, une société qui glisse de la présomption d’innocence au présumé potentiellement coupable. Pourquoi alors ces mesures liberticides ? Faut-il accepter une gouvernance de la peur et un silence imposé face aux urgences sociales, économiques, environnementales

 

Signataires : Amis de la Terre, Association France Palestine Solidarité, Alternatives et autogestion, Alternative libertaire, ATTAC, CCUIC, CGT, CNL, EELV, Emmaüs 73, Ensemble !, FSU, Génépi, Ligue des Droits de l’Homme, Mouvement Jeunes Communistes de France, Mouvement de la Paix, NPA, PCF, Parti Communiste des Ouvriers de France, PG, RESF, SNUIPP, SUD Santé Sociaux Animation 73, UNEF... 

COP 21 A CHAMBERY : UNE CHAINE HUMAINE DE 500 PERSONNES ENVAHIT LA VILLE !

COP 21 A CHAMBERY : UNE CHAINE HUMAINE DE 500 PERSONNES ENVAHIT LA VILLE !

A Chambéry la MARCHE INTERNATIONALE POUR LE CLIMAT de ce 28 nov. à l’initiative de la Coalition Climat 21 de Savoie et Haute Savoie, était interdite par la préfecture. Dès 15h30 elle s’est transformée en une immense chaine humaine à travers les zones piétonnes de la ville où  elle a reçu un accueil plutôt surpris mais sans hostilité ! Elle a inondé le marché de Noël qui ouvrait ses portes et l’esplanade des Halles ou des centaines d’habitants faisaient leurs courses ! C’est une chaine joyeuse et dynamique officiellement pour un monde, juste, durable et solidaire  et accessoirement contre l’interdiction de manifester qui s’est répandue dans l’espace public en terminant deux heures plus tard par une saynète pastichant ENGIE.

De l’aveu même des organisateurs, à l’exclusion de toute force politique,  le résultat a dépassé leur espérance!  Merci à l’état d’urgence et à l’interdiction de tout rassemblement ! La présence policière était très discrète.